Recherche

Jeudi 26 avril 2007 4 26 /04 /Avr /2007 22:44
Toujours pas de répit matinal pour ce 3ème jour en Finlande et toujours son lot de surprises à venir. Nous prenons un premier bus pour une direction inconnue, attendons le second qui tarde un peu trop pour Myriam qui se remet un p'tit coup de stress de bon matin car elle a sûrement prévu une activité derrière. En plus, nous avons rendez-vous avec un ami français de Vincent (collègue chez Nokia) qui doit être dans le bus retardataire.

Pendant ce temps, Jérôme et moi nous entraînons à parler avec l'accent québécois et suisse. Passe-temps intéressant, n'est-ce pas ? Pas du tout ! C'est un des challenges de la journée que nous nous sommes imposés, sur un délire d'hier soir. Jérôme a commencé a parler avec son accent québécois qui nous a bluffer, j'ai enchéri avec l'accent suisse, et nous nous sommes défié de faire croire au copain de Vincent que nous ne sommes pas français. Résultat : nous allons devoir parler comme cela jusqu'à 14h00 !!

Le bus arrive, Laurent, le copain de Vincent, est bien dedans. Le défi commence, avec un peu de stress. J'ai l'impression de ne pas être crédible mais les présentations passent comme une lettre à la poste, et j'ai du mal à me retenir de rire. Nous arrivons enfin devant un gymnase et des terrains de  sport extérieurs, situé en début de forêt. Un programme sportif nous attend donc ...

Lorsque nous entrons dans la salle et que je découvre la patinoire je comprend que nous allons faire du curling. Super idée ! J'exprime mon enthousiasme en suisse, et nous allons dans les vestiaires nous équiper de chaussure spéciales. A chaque fois que Jérôme parle, je me retiens de ne pas exploser de rire. Au bout d'un moment, je me retrouve seul avec Laurent et il commence à me poser de questions sur mon boulot, l'endroit ou j'habite, etc. Aie! Ca se complique, je baratine, mais je ne suis pas très cohérent et mon accent en prend un coup. Je pense qu'il a du me capter mais il ne dit rien tant qu'il n'est pas sûr. Ca sent les questions pièges sous peu ...

L'initiation au curling commence. Les règles du jeu sont assez simples (le plus près de la cible gagne), le mouvement de lancer aussi. Le balayage, on n'en parle pas ! Par contre, la pierre glisse tellement bien sur la glace que toute la difficulté du jeu tient au dosage de la force dans le lancer de la pierre.


Nous passons 1 heure à chercher les bons réglages mais nous tirons tous trop fort, ou pas assez.

 

En cours de partie Laurent va voir Myriam pour lui dire qu'il a des doutes sur moi, que mon accent est bizarre et Myriam sauve la situation en beauté : "attention, lui parle surtout pas de son accent, il est super susceptible la-dessus car il sait que les gens le trouve ridicule, alors qu'il n'y peut rien". Et Laurent repart pour un tour !!! :-)))
La partie se termine sur le coup de midi et nous repartons en bus vers le centre-ville. Encore un changement de bus pour nous emmener dans un coin inconnu. Garder l'accent belge est de plus en plus dur car cela demande une concentration permanente et je me mélange parfois les pinceaux avec l'accent québécois à force d'entendre Jérôme. Vivement la fin de ce pari stupide !!

Enfin 14h00 arrive, et nous nous sommes organisés pour révéler à Laurent la vérité. Alors que nous attendons un bus après avoir pris le métro, Jérôme me pose un question sur la susceptibilité des suisses et je répond naturellement dans un parfait français. Je vois le regard interrogateur de Laurent, et Jérôme enchaîne à son tour sans son accent. Un gros blanc s'installe, et nous lui avouons tout. Il n'y crois pas, tellement la blague est énorme !! On le sent un peu énervé d'être tombé dans le panneau mais la bonne humeur reste de mise.

Nous arrivons enfin au bord d’un lac en banlieue d'Helsinki. C'est l'endroit que nos hôtes ont choisi pour le déjeuner. On déballe les sandwiches en sautillant sur place pour se réchauffer. C’est bizarre, je vois pas trop l’intérêt de venir jusqu’ici juste pour pique-niquer dans le vent glacial. Il doit y avoir un truc louche qui se prépare … mais quoi ???
Pour nous réchauffer, nous prenons un café dans une petite maison locale qui fait salon de thé et nous repartons, sans n’avoir aucune idée de ce qui nous attend. Le temps s’est couvert et la neige commence à tomber.

Nous arrivons devant un grand terrain gardé par un poste, une sorte de camping pour caravanes. Vincent et Myriam prennent un ticket pour un truc mais je n’arrive pas à savoir de quoi il s’agit. Nous traversons le terrain presque désert et prenons un petit chemin qui nous emmène vers une sorte de maison préfabriquée au bord de la baie. Je commence à imaginer des choses, et à craindre le pire …
Nous y voila : Rastilam, le véritable sauna finlandais ! La porte du bâtiment s’ouvre, et 2 hommes en maillot de bain, rouge comme des écrevisse, et dégageant de la vapeur sortent dans le froid, marchent vers le ponton au bord du lac…  et descendent dans le grand trou au milieu de la glace pour s’y baigner. Un tuyau crachant de l’eau sous pression crée des remous pour empêcher la couche de gel de se reformer. Et merde ! C’est ce que je craignais.

Tout d’un coup, plus personne fait le malin… il n y’a que Myriam qui semble amusée et qui nous titille en nous expliquant que ce n’est pas très compliqué à faire, l’essentiel est de bien se chauffer dans le sauna…. Je n’arrive pas à savoir si ça va m’amuser ou pas de faire ce truc de malade que je voulais pourtant voir de mes propres yeux. De là à le faire moi-même … avec la neige qui tombe à gros flocon maintenant …. En tout cas, l’idée de venir ici est excellentissime.

Nous allons au vestiaire, et attaquons la phase sauna. C’est comme dans les films : après une douche, on rentre dans la cabine où se trouvent déjà une dizaine de personnes,  des hommes du genre « bûcherons finlandais » et des femmes de 20 à 50 ans, tout gabarit ….
Je me cale dans un coin sur le banc en bois et  me met à transpirer à grosse goutte pendant une dizaine de minutes. La température atteint presque 90°C et je dois mettre ma tête dans mes genoux pour ne pas me brûler la gorge en respirant !!

Au bout d’un moment, j’en peux plus, et je lance la sortie vers le lac. J’enfile mes tongs, Myriam me suit avec l’appareil photo, et nous sortons sous la neige. Le choc est thermique est minime mais je sens que mon corps se refroidit vite à cause du vent. Je cours jusqu’au ponton, balance mes tongs à toute allure, et sans réfléchir, je descend l’échelle, dans l’eau de mer à 0 degrés.


Ca fait l’effet d’un électrochoc !! J’étais pas obliger de hurler, mais je le fais car ça me soulage quand même. Je m’immerge jusqu’au cou pendant 5 secondes (qui ont eu l’air de durer 5 minutes), et remonte aussitôt.

 

La douleur du froid qui a complètement engourdi mes muscles dure une trentaine de seconde, puis les picotements s’estompent, et c’est là que ça devient hallucinant. Il fait sûrement une température négative dehors, mais une douce chaleur coule à nouveau dans mes veines et je peux courir nu dans le vent glacial, me rouler dans la neige sans broncher. C’est un frileux de base qui vous dit ça !!
Ca m’éclate grave, et je fais une série de photos avec Myriam, genre « Alerte à Malibu sous la neige ».



Au bout de quelques minutes, la sensation de froid revient et je fonce au sauna me réchauffer. Défi du week-end relevé en beauté !! Youhouuuuu !!

En fait, ça m’a tellement amusé que j’y retourne encore 2 fois pour être dur d’avoir des photos qui immortalisent ce moment.
Du côté des potes, ça s’est bien débrouillé aussi : Jérôme l’a fait une fois avec Shing, Vincent, et François 2 fois, et un zéro pointé pour Frédérique.
La tueuse, c’est Myriam qu s’est payé le luxe d’une petite brasse de 15 secondes sans faire la grimace.
 
La nuit tombe et nous revenons à l'appartement en métro sous une tempête de neige.


Quand je pense qu'il y a 1 heure, j'étais nu dans la neige ....
 

Pour notre dernier dîner à l'appartement, Myriam a lancé un atelier de confection de tartiflettes. Le dernier jeu pour l'attribution des lits a été revu ce soir afin de créer un peu de changement. L'épreuve de connaissances (qui tourne au grand n'importe quoi pour notre plus grand bonheur) se termine encore sur une victoire de Jérôme et Shing, mais .... sur un score ex-aequo entre le binôme Fabrice/frédérique et moi. Il faut donc nous départager. Je propose un pile ou face mais les organisateurs refusent car connaissant ma chance a ce type de jeu quitte ou double. S'ajoute donc une épreuve pratique : le basket-panier. Yes !!! J'ai de longues heures de pratiques de ce "sport" lors de mes (lointaines) années étudiantes (remember la chambre d'hôtel à San Francisco...).  J'ai enfin une chance de ne pas dormir sur le canapé ce soir !
Nous installons un panier de fortune avec une marmite au dessus du hamac, et confectionnons des balles avec du papier journal. Comme au bon vieux temps !


Nous sommes toujours ex-aequo à l'issue de la première série de lancer qui m'a servi a calibré la précision de mes tirs. Le suspense monte, Frédérique sent que ça chauffe pour son lit quand je fais un carton sur la série suivante. 4 panier sur 5 tirs !! Et je remporte le lit sur la mezzanine. Yes !!!
Malgré ma victoire, je leur laisse le lit pour ce soir car il n'y a pas de place pour 2 sur le canapé.

Une journée géniale se termine, dernière nuit en Finlande, il nous reste une matinée avant le retour à Paris.
Par Ludovic - Publié dans : Finlande
Ecrire un commentaire - Voir les 5 commentaires

Mon récit vous a donné envie d'aller dans ce pays ?


Tant mieux, c'est ma plus grande satisfaction !
Pour trouver votre billet d'avion, ou votre chambre d'hôtel, je vous conseille d'utiliser Illico Travel, le comparateur le plus efficace pour trouver les meilleurs tarifs du marché.

En utilisant Illico Travel depuis ce blog, vous me permettrez aussi de gagner quelques centimes d'euros pour continuer à voyager, et vous offrir d'autres récits et photographies pour le plus grand plaisir de la communauté des voyageurs. Merci d'avance !

Ludovic

 
Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés