Recherche

Polynésie française

Vendredi 10 février 2006 5 10 /02 /Fév /2006 23:53
Je me lève avec cette impatience de partir de Moorea caractéristique des endroits ou je m'ennuie. Plus que 24H00 et je vais retrouver un peu d'action en débarquant en Nouvelle-Zélande. En attendant, je retourne à Papeete en ferry pour une dernière journée de shopping. Le temps est superbe (le coup classique quand je pars d'un endroit ou le temps a été pourri tout du long...) et nourirra mon seul regret sur la Polynésie : ne pas avoir pu en profiter avec du soleil ce qui m'aurai sûrement motiver pour faire plus d'activités aquatiques et terrestre, comme du trekking.

Je fait mes adieux à l'île verdoyante dont le sommet accroche l'un des seuls nuages du ciel, et arrive sur le port de Papeete en 30 minutes.


Je me dirige vers l'arrêt des bus et reprend la direction de la Pension Te Miti. Il n'y a personne ce matin, impossible de trouver Fred (le propriétaire), donc je pose mes affaires dans le dortoir qui m'est maintenant familier et je repars aussitôt en ville pour faire mon shopping. J'ai un impératif absolu : trouver un ukulele pour l'offrir à mon frère afin d'enrichir sa collection d'instruments du monde.  

Je vais au marché central de Papeete qui en plus de réunir les étals traditionnels de nourriture, abritent aussi un grand nombre de marchands d'artisanat local.

 

Les paréos polynésiens et les produits à l'huile de Monoi tiennent le haut du pavé, mais les colliers, paniers en osier et sculptures en bois sont aussi faciles à trouver, et quelques marchands d'instruments de musique sont installés au premier étage.



Je fais un tour du marché pour faire de nombreuses photos, car comme toujours, ce genre d'endroit est une source d'inspiration intarissable pour faire des portraits et figer des scènes de la vie locale. Je suis comme un gosse lâché dans un magasin de jouet ! Je me cache derrière les étals pour photographier les gens à leur insu, ça fait des portrait plus naturels.


Au bout d'une heure, je fais le tour des marchands de ukulele et me décide pour un modèle à 15 000 CFP. La négociation avec l'un des marchands a duré plus d'une demi-heure pour finalement ne pas aboutir. Le gars n'a rien voulu lâcher. Mais je trouve quand même mon bonheur un peu plus loin.

Je repars dans les rues de Papeete et découvre cette succursale de Tati, à la sauce polynésienne.


Je cours ensuite à la boutique Hinano m'acheter un t-shirt car j'ai complètement flashé sur le logo de la marque de bière locale. Ici, c'est une véritable institution, et les touristes repartent rarement de Tahiti sans être passé au magasin de merchandising.


Je vais ensuite faire un tour à la mairie dont le bâtiment à l'architecture d'inspiration coloniale est très beau.


17h00 arrive et les derniers bus pour revenir à ma pension ne vont pas tarder à partir. Je prend donc un Truck (le bus local).


La pension s'est rempli de quelques voyageurs mais je ne les rejoins pas tout de suite. Il me reste une dernière chose à faire : admirer un  pur coucher de soleil polynésien comme je n'ai pas eu droit depuis 3 semaines. L'éclairage est superbe, le soleil embrasse le ciel en passant derrière les nuages qui se reflètent sur le miroir d'eau du lagon. Un final somptueux, le rideau tombe, fin de l'acte polynésien.



Je vais me régaler à la roulotte tenue par un chilien d'un empanadas géant puis je rentre à la pension.
Par Ludovic - Publié dans : Polynésie française
Ecrire un commentaire - Voir les 7 commentaires

Mon récit vous a donné envie d'aller dans ce pays ?


Tant mieux, c'est ma plus grande satisfaction !
Pour trouver votre billet d'avion, ou votre chambre d'hôtel, je vous conseille d'utiliser Illico Travel, le comparateur le plus efficace pour trouver les meilleurs tarifs du marché.

En utilisant Illico Travel depuis ce blog, vous me permettrez aussi de gagner quelques centimes d'euros pour continuer à voyager, et vous offrir d'autres récits et photographies pour le plus grand plaisir de la communauté des voyageurs. Merci d'avance !

Ludovic

 
Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés