Recherche

Chili

Mercredi 18 janvier 2006 3 18 /01 /Jan /2006 00:00

Je suis sur le pied de guerre dès 7h00. Je  zappe le petit-déjeuner et je saute dans le premier bus pour l'aéroport. La confrontation finale avec la douane chilienne approche. J'envisage toute les hypotheses pour mon chargeur de batterie, la meilleure, comme la pire, et je commence meme a echaffauder un plan B ou cas ou je rentre bredouille.

Le bus traverse une zone d'activite ou des batiments aux couleurs de compagnies de livraison se succedent, je ne doit pas etre tres loin. Je demande au chauffeur du bus qui me dit que la douane est la, donc, je descend. Rien de special n'est indique, alors je demande a nouveau au gardien dans son poste de surveillance. Je lui montre la lettre et il m'indique un autre endroit, a 5 mn a pied, plus pres de l'aeroport. Je m'y dirige en marchant vite, j'arrive a une sorte de depot, mais je ne vois toujours rien d'indiqué. Je redemande a une personne qui me dit que c'est encore plus loin, de l'autre cote de la route. En face, c'est l'aeroport lui meme. Ca me semble louche, mais j'y vais en entrant par une porte de service. Toujours rien. Je croise une femme de menage, qui m'indique le 3 eme etage. J'y vais mais c'est le bureau de la Poste Chilienne. Je monte encore un etage et entre dans une societe pour demander. Ca me gave. Il n'y a pas une personne dans ce putain d'aeroport qui sait ou se trouve UPS, et ils preferent m'envoyer dans une direction au pif, plutot que d'admettre qu'il ne savent pas. Ca me rappelle la Bolivie tiens ! La receptionniste veut m'aider et elle passe donc quelques coups de fils pour se renseigner, sauf qu'elle n'arrive jamais a lire la bonne ligne sur mon document d'UPS, et elle demande toujours la Bodega 4 ou lieu de la Bodega 10. Je ne vais pas aller loin comme ca ... Finalement, elle me passe quelqu'un au telephone, qui m'explique que je dois revenir en arriere. Je raccroche et hop, c'est reparti pour un tour ! En revenant devant l'entrepot, je remarque des voitures UPS en stationnement.  Je chauffe ... Je jette un oeil a l'interieur, et je vois écrit "Bodega 10 - Adouana. OK ... c'est parti pour le round final !

Je suis en plein dans l'entrepot ou les colis sont decharges de l'avion. La piste d'atterissage est juste derrier, je ne peux pas remonter plus a la source ! Je tend mon papier a un agent de la douane derriere un comptoir. Il le regarde, le pose dans un coin, me dit d'attendre, et il va s'assoir plus loin. Pendant 10 minutes, il ne fait rien que de cliquer nonchalament sur sa souris, apres avoir taper la discute avec une employee.  C'est pas comme ca que je vais avoir mon colis ... 15 minutes plus tard, un moustachu arrive et s'assoit lourdement derriere le comptoir. Il n'est que 9h30, mais son visage exprime deja a quel point ca l'emmerde de devoir tamponner la petite pile de papier devant lui. Je me leve et commence a tourner en rond devant lui pour lui faire comprendre que j'attend le papier pour retirer mon colis.
- Vous attendez quelques chose ?
- (ouais, que tu bouges ton gros cul, feignasse), "oui, je dois recuperer un colis pour l'Ambasse de France" dis-je en esperant que le mot "Ambassade" va le faire s'agiter un peu.
- Il y a quoi dedans ?
C'est ecrit en 4 exemplaires sur la feuille de livraison mais je lui explique tout de meme ce qu'il y a dans le colis. Quelques minutes plus tard, il me tend les papiers tamponnés et m'indique le bureau UPS a 10 metres. Je touche au but !

Le bureau d'UPs est en fait un local avec un tapis roulant qui donne sur le tarmac de la piste d'atterrissage. Je tends mon bon de livraison au gars qui tapote sur son clavier d'ordinateur, et  il m'annonce la "bonne" nouvelle. Il ne peut pas me donner le colis car il y a une difference entre la valeur declaree par l'expediteur (30 euros) et la valeur estimee par la douane chilienne (50 dollars). Faudrait qu'ils m'expliquent comment ils ont fait pour estimer un produit qui n'existe pas chez eux, sans avoir ouvert le paquet en plus ... Je lui fait comprendre que je commence a etre passablement agacé.
Il m'envoi re-voir le douanier pour faire la correction sur le papier, mais celui-ci me dit que c'est bon comme ca, et je retourne voir le gars d'UPS.
Le gars me demande encore de payer. La, je m'enerve :  je leur dit que je ne paierai rien car c'est un produit usagé, qu'ils n'ont qu'a ouvrir le colis pour vérifier, que j'ai deja paye UPS pour un service de livraison qui n'a pas été mené a bien, et que j'ai perdu assez de temps comme ca avec eux. JE VEUX MON COLIS MAINTENANT  !!! 

Je suis agreablement surpris par ma capacite a peter un plomb en espagnol, dis donc ! J'ai beau lui mettre l'autorisation de l'Ambassade de France sous les yeux, rien n'y fait. Le gars essaye de m'expliquer que ce n'est pas lui, que c'est la Douane qui impose une taxe d'importation (mais puisque je vous dis que ce n'est pas de l'importation, c'est pour mon usage personnel !!!).
15 minutes plus tard, je suis a 2 doigts de commettre un double homicide ... et puis je decide de changer de tactique. En 1/10eme de seconde, je ravale toute ma haine pour UPS et la douane chilienne, et j'arbore mon visage le plus dépité, en m'affalant de desespoir sur le bureau.
- Escucha me, c'est pas que je ne veux pas payer, c'est que je ne PEUX PAS ! Je me suis fait tout piquer il y a 10 jours, plus d'argent, plus de CB (faut exagerer un peu dans ces cas la), l'Ambassade m'a fait cette autorisation pour m'aider ! Je suis dans la merde, et vous, vous m'y enfoncez encore plus. Vous voulez voir la declaration de Police ??
- Tu as deja parle de ca a la douane ?
- Non,
- Bien. Viens, je vais voir ce que je peux faire.
Il prend le papier, discute a voix basse avec une femme, puis il revient avec un petit sourire.
- C'est bon, c'est arrangé.
En 30 secondes, j'ai une petite boite en carton dans la main.  Je n'osais plus y croire. Je le remercie de son aide, et je quitte le depot sans trop réaliser que j'ai gagne ! Je ne peux pas attendre d´etre au backpacker, j'ouvre la boite. Un chargeur universel avec plein d'adaptateurs est dedans, et un cable d'Ipod aussi. Des que je suis dans le bus, je prend la baterie de mon appareil photo, et je commence a essayer de trouver le bon emboitement.  J'essaye toute les combinaisons possibles mais rien ne fonctionne. C'est pas possible, c'est un cauchemard, je vais me réveiller bientot ... Je lis le mode d'emploi, et je réalise que le chargeur n'a pas d'adaptateur specifique pour mon type de baterie.
OK ... plus le temps de m'apitoyer sur mon sort, je passe au plan B : j'ai 16 heures pour trouver un gars fortiche en electronique qui va me bidouiller le chargeur et me sauver. Si le plan B n 'est pas possible, j'ai le plan C : a partir de l'appareil photo, faire fabriquer une batterie artisanale en reliant les bornes + et - a une grosse pile avec un fil électrique. Souvenir de mes cours de physique de 4ème ... 

Mais avant, je vais essayer un truc. Des que j'arrive au backpacker, je monte dans la chambre et je me colle devant une prise. Je prend l'adaptateur qui s'approche le plus de ma baterie, meme s'il manque des élements, et je force comme un dingue pour se faire toucher les bornes. Le petit voyant vert clignote. C'est bon signe ca ? Je relis le mode d'emploi et je commence a reprendre espoir. Je remet la baterie qui etait auparavant vide dans mon appareil photo, je l'allume et ....  MIRACLE !!! CA MARCHE !!! Fin de la galere. Il est 11h00. Je vais sur Internet en attendant que la baterie se charge au maximum, puis je pars dans les rues de Santiago donner a manger a mon bébé Panasonic.

Je repasse dans plein d'endroits que j'avais reperé avant, puis je vais dejeuner. Avant de partir a l´Ile de  Paques, je change des euros en pesos car je ne suis pas sur que le taux soit tres avantageux sur place. Je retourne au Cerro San Cristobal pour la vue panoramique sur Santiago ou je me fais 2 trajets aller-retour sur le téléphérique, puis je retourne en ville. Il faut aussi que je fasse des courses de nourituure car je sais que cela coute cher sur l'Ile. Et bien sur, je  ne vous parle pas de la connexion internet qui doit etre lente (ou alors tres cher), donc pas de panique s'il n'y a rien sur le blog pendant 5 jours.

Voila, j'attaque ma derniere nuit sur le continent Sud-americain. Ces 10 dernier jours ne resterons surement pas dans les meilleurs souvenirs de mon voyage, mais je m'en souviendrais quand meme longtemps ! Maintenant, il faut s'attaquer au probleme de l'ordinateur ...

Par Ludovic - Publié dans : Chili
Ecrire un commentaire - Voir les 7 commentaires

Mon récit vous a donné envie d'aller dans ce pays ?


Tant mieux, c'est ma plus grande satisfaction !
Pour trouver votre billet d'avion, ou votre chambre d'hôtel, je vous conseille d'utiliser Illico Travel, le comparateur le plus efficace pour trouver les meilleurs tarifs du marché.

En utilisant Illico Travel depuis ce blog, vous me permettrez aussi de gagner quelques centimes d'euros pour continuer à voyager, et vous offrir d'autres récits et photographies pour le plus grand plaisir de la communauté des voyageurs. Merci d'avance !

Ludovic

 
Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés