Recherche

Indonésie

Vendredi 31 mars 2006 5 31 /03 /Mars /2006 00:00
Je me réveille a 6h00 et fonce sur le pont pour voir ou nous sommes. Le soleil filtre a peine a travers les nuages, et éclaire un paysage fantastique. Le bateau navigue le long d'une terre aux collines abruptes, et donc l'enchainement des cretes donne l'impression d'une immense queue de dinausaure a moitié submergée. Toute l'ile est recouverte d'une herbe abondante et verdoyante qui ne laisse pas apparaitre un bout de roche. Quelques arbres sont dispersés ca et la, mais il n'y a pas de réelle foret en vue. Bienvenue a Komodo, royaume du légendaire varant géant, plus communément appellé Dragon de Komodo car il ne vit que sur cette ile dans le monde ! Ce qui n'est pas tout a fait vrai, car il vit aussi a Rinca, une petite ile en face de Komodo, mais beaucoup moins connue.



Le bateau jette l'ancre dans la baie principale a 8h00. Nous allons débarquer pour visiter le parc National de Komodo, et partir a la chasse au dragon. Je prend mes chaussures de trek car nous allons devoir marcher plusieurs kilometres. L'entrée du Parc National coute 25 000 RPH avec un appareil photo, 50 000 RPH avec un camescope. Un Ranger nous accueille, nous explique le programme, nous raconte l'histoire de ce touriste suisse qui a disparu il y a quelques annés, et dont on n'a retrouvé que les chaussures et l'appareil photo. Nous faisons d'abord un tour autours du camp et nous apercevons deja 2 varans derriere une hutte. Ils font bien 2 metres de long avec la queue, et lorsque nous approchons, l'un deux part dans la foret. Celui qui reste ne bouge pas, allongé sur le sol. Le Ranger le titille avec un long baton pour qu'il se mette debout sur ses puissantes pattes. C'est impressionnant.



Nous partons dans la foret pour en voir d'autres en suivant un chemin tout tracé. Il fait tres humide et je dégouline de sueur au bout de 10 minutes. Nous arrivons au lit d'une riviere asséchée ou des gros trous sont en fait leur tanniere. Il n'y a personne donc nous continuons la traque. Nous montons sur un plateau et le Ranger nous montre des hautes herbes qui bougent au loin. Un varan est la, seul, car ce sont des animaux solitaires.


Ils sont cannibales et les petits varans doivent grimper aux arbrex et y rester pendant 2 ans, le temps de grandir suffisament pour ne pas se faire dévorer par ses pairs. Nous suivons notre varan a quelques metres derriere, shootant a tout va. Il sort sa langue fourchue a plusieurs reprises en marchant, pour sentir autours de lui. c'est ainsi qu'il détecte ses proies a plusieurs centaines de metres.


Il s'arrete au soleil, prend la pause pour humer l'air et s'allonge. Nous l'observons sous toute les coutures et repartons vers le camp. Je pensais que nous allions continuer a chercher des Dragons, mais c'est fini pour aujourd'hui.


Nous restons quelques minutes sur la plage le temps d'admirer les superbes coquillages et les oursins qui jonchent le sable, mais il est interdit d'emporter quoique ce soit, surtout que les Rangers veillent. Les filles arrivent tout de meme a emporter quelques beaux oursins et coquillages avec elles sur le bateau.


Nous repartons pour un court trajet de 20 minutes et jettons l'ancre en face de Red Beach, une superbe plage en face d'un site de snorkeling magnifique. La plage porte ce nom car le sable prend un peu cette couleur a cause des grains de corail rouge qui le compose. Nous y restons 1 heure a admirer des fonds marins parmi les plus beau que j'ai vu, a 4-5 metres de profondeur. Les coraux sont tres diversifiés, en bon état, et de nombreux poissons s'y nourrissent. J'apercois meme un banc de grosses carangues, dont chacune mesurait bien 1 metre. Il y a un fort courant qui balaye la zone du Nord au Sud donc plutot que de lutter pour me maintenir sur place, je pars d'une extrémité de la plage et me laisse dériver jusqu'a l'autre bout. Je vais ensuite faire une petite promenade jusqu'a un promontoire qui donne une belle vue panoramique, je ramasse un échantillon de sable, puis le canot nous rammene a bord pour la derniere ligne droite jusqu'au port de Labuan Bajo sur l'ile de Flores.



La traversée dure 4 heures sous un soleil qui fait cache-cache avec les nuages. Nous longeons des cotes superbes toute aussi verdoyantes que Komodo, ou s'accrochent parfois une village de pecheurs sur pilotis. Nous arrivons a Labuan Bajo, un autre paisible village de pecheur, a 16h00.



Le canot nous débarque dans un port puant. Nous avons quartier libre jusqu'a 19h00 et nous en profitons pour organiser immédiatement notre visite de Flores, apres avoir trouvé une chambre rudimentaire pour 40 000 RPH. Eric, Marie, Birgit et moi avons le meme itinéraire dans le meme lap de temps (1 semaine) donc nous renseignons pour louer ensemble une voiture avec chauffeur qui nous évitera de predre un temps fou dans les médiocres transports en commun. Nous trouvons facilement une agence qui peut nous organiser cela. La négociation dure 1 heure mais nous concluons l'affaire pour un peu plus de 100 000 RPH/jour chacun (10 euros). Il nous reste a trouver un avion pour revenir a Bali depuis Ende ou Maumere, mai c'est assez compliqué de faire une réservation depuis Labuan Bajo (l'information circule tres mal entre les agences apparament), donc nous attendrons d'etre dans une plus grosse ville pour le faire.

De retour au bateau, le dernier diner nous attend. Un couple de Tcheques a embarqué pour effectuer le voyage jusqu'a Lombok. Je propose aux autres de faire une enveloppe avec un pourboire pour le guide et l'équipage car ils ont éte vraiment bien. Le cuisinier, entre autre, a fait du super boulot. Nous donnons chacun 50 000 RPH ce qui n'est pas beaucoup pour nous, mais cela représente une somme conséquente pour les indonésiens. Nous nous régalons une derniere fois, puis nous avons encore droit a leur chorégraphie qui nous fait bien rire. Peter lance un jeu de contorsion que j'arrive a faire. Tout le monde y passe, et il y a quelques bonnes rigolades. L'équipage du bateau notamment n'est pas tres souple, et quand nous passons a autre chose, ils continuent a essayer entre eux sur le pont supérieur.

A 22h00, nous quittons définitivement le bateau. Le débarquement de nuit se fait a la lumiere d'une lampe-torche. C'est marrant, ca fait un peu genre "passagers clandestins qui débarquent secretement dans un nouveau pays". Je partage la chambre  avec Birgit. Je n'avais pas fait vraiment attention tout a l'heure en prenant la chambre mais c'est vraiment déuguelasse ici. Les matelats défoncés puent et la salle de bain est vraiment peu engageante. Bien sur, les  toilettes sont a la mode locale, c'est-a-dire qu'il n'y a pas de chasse d'eau mais une pot  que l'on remplit d'eau a la main et que l'on vide dans la  cuvette. Le pommeau de la douche est juste au dessus.



Pour prendre une douche, il faut aller voir le propriétaire et lui demander de mettre l'eau en marche depuis l'exterieur. Birgit prend la sienne, j'y vais ensuite, mais le gars a deja fermé l'eau ! Je suis obligé de sortir raler pour qu'il l'ouvre a nouveau. Bienvenue sur l'ile de Flores !
Par Ludovic - Publié dans : Indonésie
Ecrire un commentaire - Voir les 7 commentaires

Mon récit vous a donné envie d'aller dans ce pays ?


Tant mieux, c'est ma plus grande satisfaction !
Pour trouver votre billet d'avion, ou votre chambre d'hôtel, je vous conseille d'utiliser Illico Travel, le comparateur le plus efficace pour trouver les meilleurs tarifs du marché.

En utilisant Illico Travel depuis ce blog, vous me permettrez aussi de gagner quelques centimes d'euros pour continuer à voyager, et vous offrir d'autres récits et photographies pour le plus grand plaisir de la communauté des voyageurs. Merci d'avance !

Ludovic

 
Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés