Recherche

Bolivie

Vendredi 25 novembre 2005 5 25 /11 /Nov /2005 20:15

Cesar nous réveille à 5h00, et nous partons au lever du soleil car nous avons une longue journée devant nous. Nous atteignons les ruines du village Inca San Pablo de Lipez. Les murs des maisons sont souvent intactes, et l'on peut remarquer l'habileté des incas pour l'architecture. Les pierres des maison s'emboîtent parfaitement les une autres autres. Il n'y a pas besoin de ciment pour les faire tenir ensembles. Les arches de certaines maisons sont aussi remarquables.

La route monte de plus belle dans un décor surréaliste. Les montagnes arborent des dégradés de couleurs dignes d'une palette de peintre. La couleur de chaque strate est due aux minéraux qui la composent et qui se sont oxydés au contact de l'air et de la pluie : rouge pour le fer, vert pour le cuivre, bleu pour l'antimoine, gris pour le zinc, jaune pour le sable, etc ... Le tout dans une végétation jaunâtre brûlée par le soleil.

Nous arrivons sur un col d'où nous avons une vue sur la première lagune de notre circuit : la Laguna Morejon à 4805 mètre d'altitude. A l'horizon, le volcan Uturuncu culmine à plus de 6000 mètres. Le dépôt de sel crée un contraste saisissant avec la roche sombre. La couleur rouge est crée par un micro-organisme qui vit dans l'eau salé, nourriture de base des flamands roses, ce qui explique leur concentration dans les lagunes de la région.



La route descend enfin, pour traverser le Salar de Chalviri, un lac de sel exploité par une petite coopérative.
Nous continuons notre route dans des paysages fantastiques. Lorsque nous arrivons dans la plaine à proximité du volcan Licancabur qui marque la frontière avec le Chili, un vent glacial souffle et un ciel grisâtre me fait craindre le pire pour les photos. Nous sommes entourés d'une chaîne de montagne partiellement enneigée, certaines avec ces couleurs fabuleuses qu'une éclaircie de soleil fait ressortir l'espace de quelques minutes.



Une lagune de sel au bord de laquelle jaillit une source d'eau chaude (25-30 °C) nous sert de campement pour le déjeuner. Une petite piscine avec un mur de protection a été aménagé pour permettre aux touristes de prendre un bain malgré le froid ambiant. Mais aujourd'hui, le succès n'est pas au rendez-vous. Seuls des chauffeurs de 4X4 qui assurent le passage de la frontière pour San Pedro de Atacama au Chili s'y baignent en attendant d'éventuels clients. Il règne ici une atmosphère de fin du monde, j'adore.

Nous nous rapprochons du volcan Licancabur et découvrons la fameuse Laguna Verde à ses pieds, à tout de même 4400 mètres d'altitude. Cesar nous explique que l'extraordinaire couleur bleue verte du lac est du à l'importante concentration de minéraux déversés par le volcan tels le souffre, l'arsenic, le calcium et le carbonate de plomb. Le sommet du volcan (5960 m) abrite une crypte Inca qui servait à faire des sacrifices. Et comme si leur dieu m'avait entendu, les nuages disparaissent au dessus de nous, et un rayon de soleil atteint la surface du lac qui devient éblouissant de beauté.



Notre route prend maintenant la direction du Nord, ou nous longeons d'autres montagnes colorées, ainsi qu'une zone appelée Rocas de Dali. Sur un champ de sable plat où alternent les nuances de rouges, d'immenses rochers noirs semblent avoir été disposés là, donnant un paysage surréaliste digne d'une peinture du maître.



La route grimpe toujours et nous atteignons un col à 4850 mètres d'altitude d'où nous pouvons apercevoir des colonnes de fumée s'élevant du sol. Nous sommes arrivés au champs de geysers de Sol de Manana. Des cratère expulsent un vapeur sulfureuse en sifflant comme une immense cocotte-minute, prête a exploser. D'autres se contentent de de faire bouillonner plus ou moins rapidement une boue grise qui est parfois projeté dans l'air tel un crachat. Malgré l'odeur de souffre, je ne peux m'empêcher de m'approcher pour marcher dans la vapeur humide qui me réchauffe.



Nous avons atteint le plus haut point de note circuit et nous descendons maintenant, presque dans la brume, vers la Laguna Colorada, à coté de laquelle se trouve notre refuge pour la nuit.



De nombreux 4X4  en provenance d'Uyuni arrivent en se suivant à quelques minutes d'intervalle. Retour à la réalité du tourisme de masse. Nous avons été quasiment seuls pendants 2 jours, ça me fait d'autant plus apprécier de faire le circuit en sens inverse.
Le refuge est bien équipé et Tina nous prépare un succulent dîner poulet-frites que je dévore. Il y a même l'électricité, et je peux recharger ma batterie d'appareil photo qui était quasiment vide. Je suis sauvé pour demain.

Par Ludovic - Publié dans : Bolivie
Ecrire un commentaire - Voir les 4 commentaires

Mon récit vous a donné envie d'aller dans ce pays ?


Tant mieux, c'est ma plus grande satisfaction !
Pour trouver votre billet d'avion, ou votre chambre d'hôtel, je vous conseille d'utiliser Illico Travel, le comparateur le plus efficace pour trouver les meilleurs tarifs du marché.

En utilisant Illico Travel depuis ce blog, vous me permettrez aussi de gagner quelques centimes d'euros pour continuer à voyager, et vous offrir d'autres récits et photographies pour le plus grand plaisir de la communauté des voyageurs. Merci d'avance !

Ludovic

 
Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés