Recherche

Nouvelle-Zélande

Dimanche 12 février 2006 7 12 /02 /Fév /2006 01:00
Cette fois, ce sont les coqs qui m´ont empeches de dormir une bonne partie de la nuit. Ils se sont mis en groupe pour faire un raffut qui a du maintenir le quartier eveille. Je me leve a 6h00 en entendant les autres voyageurs se preparer. Quand je vais voir, je m´apercois qu´ils ont deja leurs affaires dans la voiture de Fred, prets a partir sans moi. Sympa les gars ... heureusement que je leur ai dit hier soir que nous prenions le meme avion.
Je fais mon sac en vitesse et embarque devant. Je paye Fred qui me fait cadeaux des pieces dont j´essaye de me debarraser. Il nous conduit a l´aeroport sous un ciel qui annonce une journee magnifique. C´est toujours le meme scenario : tu te tapes 2 semaines de temps pourri dans un endroit reputee etre toujours ensolleille, et le jour ou tu pars, c´est le grand beau temps ... C´est injuste.

Il y a deja une longue queue pour enregistrer les bagages a destination d´Auckland. Malgre mes kilos de sable dans le sac, a ma grande surprise, il ne pese que 22 kilogrammes. Je me dirige ensuite vers l´embarquement ou il faut encore passer un controle. Cette fois-ci, la queue est immense. Je vais faire un tour au duty free shop en esperant qu´elle se sera resorbe le temps de mes petites emplettes au cours desquelles j´arrive a refourguer mes dernieres pieces. En revenant, la situation a empire. Je prend donc mon tour dans la file, et 10 minutes avant le decollage (soit 40 minutes plus tard), j´arrive enfin devant le poste de controle. ll n´y a qu´un seul policier qui travaille pour tout l´aeroport ! Et bien sur, en passant le portique detecteur de metaux, un autre policier decide de proceder a une fouille meticuleuse de mon sac, comme si je n´etais pas assez en retard comme ca. Il ne trouve rien bien sur car je ne transporte rien d´illegal (pas sur moi en tout cas), et je m´engouffre dedans.
J´ai une place pres du hublot, donc j´espere bien pouvoir faire quelques bonnes photographies aeriennes des iles et de leur lagon. Nous attendons encore 15 minutes les derniers passagers, puis l´avion se dirrige vers la piste pour prendre son envol. Autant j´etais vraiment triste de quitter l´Amerique du Sud, autant je suis content de partir de Polynesie. Malgre la beaute de certains lieux, le cout de la vie gache un peu le plaisir et limite quelque peu les activites realisables avec un budget de backpacker. Dommage.

Comme je l´esperais, l´avion survole Moorea qui offre un spectacle magnifique : un impressionnante succession de pics abruptes recouverts d'une dense vegetation tropicale, encercles par un lagon d'eau turquoise, un mince filet de recifs, et enfin, le bleu profond de l'Ocean Pacifique. Ca me fait presque regretter de ne pas avoir pris l'avion pour faire des sauts de puce jusqu'a Maupiti.

Le vol dure 5h00. A l'approche d'Auckland, les paysages sont superbes : une cote sculptee telle des pieces de puzzle par les baies et plages en demit-lunes, et au centre, des terres vierges verdoyantes de forets.

L'entree dans le pays des kiwis ne se fait pas en 5 minutes. Une armada de controles a lieu avant de sortir de l'aeroport, notamment au niveau sanitaire : chien anti-drogue, rayon X, declaration de douane. Il faut meme déclarer si l'on vient avec du matériel de camping usagé afin que le controleur pulvérise un produit désinfectant dessus. Ca ne plaisante pas avec les bacteries ici ! Je retrouve Ute a la sortie, avec laquelle je vais louer une voiture et explorer le pays pendant 1 mois. Un service de navette-taxi (15 NZD) nous emmene au backpacker. Les premieres impressions me font penser aux Etats-Unis, avec les larges highways, puis plus precisement a San Francisco quand nous commencons a atteindre un quartier residentiel qui s'étend sur des collines. Les maisons en bois sont souvent dans un style victorien qui donne une vraie personnalite au quartier. Ca me plait bien. Le backpacker, Bamber House (22 View Road), pres du Mont Eden, est une immense demeure avec tout le confort (Salon, TV, internet, cuisine toute equipé, jardin, trampoline, piscine, terrasse) auquel je n'étais plus habitue depuis quelques semaines. Un vrai paradis du voyageur, avec cette touche tres neo-zelandaise qui tient de la maniaquerie concernant la proprete et le respect des lieux. Mais je ne vais pas m'en plaindre. Comme je n'ai pas encore mange et qu'il est presque 15h00, nous commandons une pizza, puis nous allons faire un rapide tour des environs. C'est Dimanche, tout est ferme donc nous allons juste au parc qui se trouve a 500 metres. Beaucoup de jeunes s'y retrouve pour pique-niquer, jouer au frisbee, écouter de la musique live, ou juste discuter assis dans le gazon moelleux. Un crachin commence a tomber, donc nous rentrons en ayant préalablement acheté le nécessaire pour le petit-déjeuner. Le decalage horaire nous casse bien, et j'ai presque la flemme de sortir a nouveau pour aller diner, mais nous nous forcons, en allant au fast-food le plus proche, un Wendy's, et je vais me coucher des le retour.
Par Ludovic - Publié dans : Nouvelle-Zélande
Ecrire un commentaire - Voir les 3 commentaires

Mon récit vous a donné envie d'aller dans ce pays ?


Tant mieux, c'est ma plus grande satisfaction !
Pour trouver votre billet d'avion, ou votre chambre d'hôtel, je vous conseille d'utiliser Illico Travel, le comparateur le plus efficace pour trouver les meilleurs tarifs du marché.

En utilisant Illico Travel depuis ce blog, vous me permettrez aussi de gagner quelques centimes d'euros pour continuer à voyager, et vous offrir d'autres récits et photographies pour le plus grand plaisir de la communauté des voyageurs. Merci d'avance !

Ludovic

 
Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés