Recherche

Australie

Lundi 13 mars 2006 1 13 /03 /Mars /2006 23:29

Je me leve a 8h00, vais acheter du lait pour mon petit-déjeuner, douche rapide, et aussitot pret, je fonce dans les rues de Sydney. A chaque nouveau pays, l'excitation de la découverte est telle les premiers jours, que je suis comme un gosse dans un magasin de bonbon.
Je descent la longue Pitt Street qui va jusqu'a bord de mer et arrive sur le quai des ferries. Premieres impressions : comme beaucoup de megapoles americanisées, Sydney est une ville verticale. La plupart des batiments sur mon chemin sont des tours de verre de plus de cinquantes étages, accollées les unes autres, créant un sombre couloir urbain ou le soleil n'atteint pas le sol lorsqu'il n'est pas au zenith. C'est un peu lugubre de marcher sur les trottoirs au début, mais petit a petit, les gens arrivent a leur travail et les rues s'animent enfin.

Je découvre le train monorail, qui comme son nom l'indique, glisse sur un simple rail perché a une dizaine de metres du sol. Il n'a que 2 wagons, mais comme il a une frequence de passage élevée, il convoi beaucoups de personnes quand meme. La gare du monorail est une sorte de tube collé aux batiments devant lesquels il s'arrete.
A mi-chemin sur Pitt Street commence le quartier des galeries commerciales, dont une en particulier mérite de l'attention : La Strand Arcade. Avec ses facades des magasins de luxe composée de bois, ses vitreaux colorés, ses balcons en ferronerie, et son sol carrelé de motifs anciens, elle donne l'impression de faire un shopping a une autre époque.

 

J'arrive sur Martin Place, une grande tranchée lumineuse dans cette foret de gratte-ciels qui coupe perpendiculairement toutes les rues qui menent au port des ferries. Des fontaines et statues sont répartis tout du long. Entre 2 tours, je peux apercevoir la Sydney Tower qui était resté cachée jusque la. Culminant a 300 metres, elle peut etre visitée et offre un point de vue exeptionnelle sur le quartier des affaires. J'irai surement demain car elle est sur mon chemin pour aller au centre-ville.


Au bout d'une heure de marche, je débouche enfin sur les quais au niveau du terminal des ferries, et je l'apercois enfin. L'Opera de Sydney, le symbole de la ville, une oeuvre architecturale qui tient de l'oeuvre d'art. Ca me fait presque le meme effet que la premiere fois que j'ai apercu le Taj-Mahal ou le Machu-Pichu.


Tout le monde le connais, sait a quoi il ressemble, reve de l'approcher un jour, voire d'assister a un opera ou un concert. Et maintenant, il est la, devant moi, se dressant majesteusement au bout de sa péninsule. Je n'y vais pas tout de suite car les plus belles vues sur l'Opera sont depuis le Harbour Bridge, le gigantesque pont d'acier qui enjambe la baie de Sydney, deuxieme symbole de la ville. Surtout, il y a un monde dément sur le parvis de l'Opéra qui me convainc définitvement d'attendre plus tard. Il doit y avoir un évenement spécial ou un Boeing 767 entier de Japonais qui a débarqué car les flashs d'appareils photos crépitent sans relache. J'apprendrai plus tard, qu'en fait, la Reine Elizabeth etait ce matin en visite officielle pour l"ouverture d'une nouvelle structure de l'Opera.

Je longe les quais du quartier The Rocks, quartier historique ou les premiers colombs anglais se sont installés et ont fait prospérés la ville. Quelques batiments en brique de cette fastueuse époque subsistent, bien conservés. Les entrepots notament ont éte completement rénovés, et les 11 maisons qui accueillaient autrefois les marchandises en provenance d'Asie et d'Europe sont maintenant des restaurants chics pour les riches touristes débarquant des paquebots de luxe qui accostent une centaine de metre plus loin. Je me promene dans les petites rues de ce quartier qui possede une atmosphere vraiment differente du Business Center ou je me trouvais il y a encore 10 minutes.



Je monte sur le Harbourg Bridge pour rejoindre le premier pylone de béton ou se trouve un point de vue aménagé sur la ville. D'ici, je peux apercevoir le ballet incessant des ferries laissant des longs sillons blanc dans l'eau de la baie.


Le pont possede 6 voies réservés aux voitures, un chemin de fer pour le train, une piste cyclabe sur le coté gauche, et la piste pietonniere sur le coté droit. Un grillage renforcé de fils de fer barbelés aux sommets parcours le pont de part et d'autre. S'il n'y avait pas cette vue fantastique sur la baie de Sydney et l'Opéra, on pourrai facilement se croire dans un couloir de prison.


Il y a un musée (8,5 AUD) dans le pylone qui retrace l'histoire de la construction du pont. Je pensais que c'était l'acces pour escalader le pont en marchant sur l'armature, mais en réalité, c'est une activité organisée par une agence qui n'est faisable que sur réservation (165 AUD). Je suis decu car je me voyais deja au sommet en train de prendre des photos fabuleuses. Mais en lisant le prospectus, je m'apercois qu'il est interdit de prendre un appareil photo avec soi pour effectuer l'ascension du pont, donc je repars sans regrets. La traversée du pont prend une bonne heure aller-retour et je commence a avoir tres faim.

Je reprend Argyle Street qui mene a une belle rue bordée de vieilles maisons anglaises, et je me pose dans un petit restaurant qui fait des sandwichs artisanaux. Je monte ensuite la colline ou se trouve l'ancien Observatoire Astronomique de Sydney. Je me repose dans le parc car mes pieds ne sont plus habitués a marcher comme ca apres les dernieres semaines passées en voiture en Nouvelle-Zelande. Je redescents sur les quais pour me rendre enfin a l'Opéra aux alentours de 15h00. Le ciel s'est couvert et la lumiere n'est plus tres bonne pour les photos, fait chier.

Je traverse une exposition de l'UNICEF dont l'initiative artistique est tres intéressante. Un modele identique d'ours en plastique grandeur nature a ete envoyé a plus de la moitie des pays du monde, et ils l'ont renvoyé peint a leur maniere. Certains sont vraiment superbes, celui de la France, que j'ai mis 10 minutes a trouver, est a chier. Il a éte peint en bleu ciel avec un dessin de la tour Eiffel, le Moulin Rouge, une Marianne, des bouteilles de vins, et un coq  sur le ventre... 

Je passe ensuite devant un groupe d'aborigenes qui fait un concert de Didgeridoo sur le quai. Je n'avais jamais entendu une telle maitrise de cet instrument avant. Sur un rythme de musique trance, le gars fait varier le son monotone avec une virtuosité impressionante, et l'ensemble donne une musique vraiment envoutante.

Je me prend une énorme et délicieuse glace en route, et quelques minutes plus tard, je grimpe enfin les escaliers du parvis qui m'emmene au pied de cette merveille architecturale. Je fait le tour de l'Opéra pendant une heure, l'observant sous toutes ses coutures. Chaque nouvel angle de vue offre une nouvelle perspective radicalement differente des autres, une caracteristique commune aux oeuvres géniales. Les toits en forme de demi-coquillages sont composés de motifs géometriques que l'on ne percoit pas de loin.


 

Apres avoir fait le tour exterieur, j'achete un ticket (23 AUD) pour voir l'intérieur. La visite dure 1 heure avec un guide et vaut vraiment le coup. Outre le coté instructif avec l'histoire de la construction de l'Opéra, l'architecture intérieure est impressionante, et la plus grande salle est simplement époustouflante. Lorsque nous nous installons dans les sieges de l'amphithéatre, des ingénieurs sont en train de faire des reglages de lumiere et nous assistons a un show qui donne un bon apercu de l'experience unique que cela doit etre d'assister a un opera ou a un concert. Dommage que les photos ne soient pas autorisees.



Je sors de la visite a 18h00 et je reprend le chemin inverse sur Pitt Street pour revenir au backpacker. Je m'arrete dans un cafe internet pour téléphoner a mes 2 amis australiens avec lesquels j'ai voyagé il y a 9 mois en Afrique du Sud, mais ils sont tous les 2 sur répondeur. Je vais diner au restaurant et je rentre définitivement au backpacker. Je reserve mon lit pour toute la semaine ce qui me permet d'avoir un tarif dégressif, je saisi mon article du jour, et apres une bonne douche, je m'endors comme une souche.

Par Ludovic - Publié dans : Australie
Ecrire un commentaire - Voir les 3 commentaires

Mon récit vous a donné envie d'aller dans ce pays ?


Tant mieux, c'est ma plus grande satisfaction !
Pour trouver votre billet d'avion, ou votre chambre d'hôtel, je vous conseille d'utiliser Illico Travel, le comparateur le plus efficace pour trouver les meilleurs tarifs du marché.

En utilisant Illico Travel depuis ce blog, vous me permettrez aussi de gagner quelques centimes d'euros pour continuer à voyager, et vous offrir d'autres récits et photographies pour le plus grand plaisir de la communauté des voyageurs. Merci d'avance !

Ludovic

 
Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés